Les trottoirs de Menpenti

Mais où sont les trottoirs d’antan ?


C’est ce qu’aurait pu chanter Brassens en voyant l’état dans lequel sont plongés les pauvres piétons « Menpentiens ». Il faut bien le reconnaitre, il n’est pas facile de se déplacer à pied, qui plus est, avec une poussette. Il suffit de tenter de s’aventurer sur certains trottoirs du quartier pour découvrir le parcours du combattant : au mieux, le piéton a droit seulement à la portion congrue qui lui est, en principe, exclusivement dévolue. En réalité, il doit slalomer pour éviter une poubelle ou un deux roues garé sur un parking improvisé, contourner la voiture ventouse ayant squatté son point de stationnement, zigzaguer entre les tables des cafés.


Le CIQ a voulu en savoir plus… Le président Farina a mobilisé sa meilleure équipe de fins limiers pour analyser la situation et aller sur le terrain. Les conclusions ont été sans appel.


À l'origine, puisque le mot "trottoir" vient du verbe trotter, on est en droit de supposer que l’espace piéton est véritablement dégagé. Mais qu’appelle-t-on un piéton? Un bipède qui se sert de ses deux pieds pour les mettre l’un devant l’autre. Mouvement aux nombreuses vertus, dont celles de stimuler le cœur et l’esprit, mais qui expose à de sérieux périls. C’est la raison pour laquelle on a ménagé à l’intention des piétons des espaces leur permettant de se mouvoir en toute quiétude. Si les piétons sont considérés comme prioritaires, il faut tenir compte dans le partage de l'espace public de la règle et de la pratique. Et, ce n'est pas un secret, les automobilistes et conducteurs de deux-roues marseillais n'ont pas la palme de la discipline, en matière de circulation comme de stationnement.



· Trottoir et dépotoir

Bien souvent le trottoir se laisse envahir par des déchets des toutes sortes au grand dam des piétons mais pour le plus grand plaisir d'animaux errants à la recherche de nourriture.

On peut y trouver de tout, depuis les immondices, ordures et déchets habituels jusqu’au mobilier usagé, télévisions ayant rendu l’âme, réfrigérateurs qui ne donnent plus de froid et toutes sortes de vêtements et objets ne trouvant plus grâce.

Le résultat aboutit à une vision dantesque des rues de Marseille qui n’a pas besoin de cette image pour gagner le concours de la ville la plus sale duSud.



· Trottoir et crottoir

Si vous rentrez chez vous avec une odeur suspecte c’est que vous avez été la cible ou la victime d’un quadrupède mal intentionné et incivique qui a marqué le pavé de son empreinte. Il faut savoir que les trottoirs sont aussi les endroits favoris de nos animaux de compagnie qui veulent délimiter leur territoire.


Tous les maitres n’ont pas dans leur poche le petit sac de nettoyage des étrons de leur compagnon et laissent donc, en toute impunité, leur animal familier fleurir le macadam piéton de leur expression canine la plus élémentaire. C’est ainsi qu’à certaines périodes les trottoirs de Menpenti changent de couleur…et d’odeur !



· Trottoir et véhicule dortoir

Il arrive que certaines voitures soient attirées par les espaces que leur offrent les trottoirs pour élire domicile une nuit ou plus, voire des journées… Il faut hélas constater avec quelle désinvolture, quelle grossièreté, les automobilistes s'octroient le droit de se stationner sur les trottoirs au plus grand mépris des piétons qui voudraient circuler librement en toute sécurité.

Mais il faut ajouter à cette engeance la présence des 2 roues : motos, scooters, bicyclettes. Tous ces engins garés ou lancés à vive allure en direction des piétons ne font qu’accentuer le sentiment de frustration de ces derniers qui se sentent dépossédés de leur activité de marcheurs.




Vers la fin de l’espèce piétonne ou vers la reconquête des trottoirs…

Face à cet incivisme des «squatters de trottoirs», il s’agit de réhabiliter le statut du piéton. Des moyens ont été mis en œuvre pour pallier à cette situation intenable : le placement de potelets le long des trottoirs, mais aussi les horodateurs, les parkings, la vidéo verbalisation et la création de places pour les deux-roues. Faut-il aller plus loin ?

A l’instar du rhinocéros blanc, du thon rouge, de l’éléphant africain et de centaines d’espèces vivantes se raréfiant, le piéton de Menpenti est menacé d’extinction. Non, je ne vous fais pas marcher, le marcheur invétéré que je suis n’a plus le cœur à la galéjade, tant il se trouve de plus en plus sevré de son plaisir favori, pourtant sain, innocent, légitime. Nous sommes tous des piétons. Marcher est un objectif du premier âge et un enjeu du quatrième. Il y va de notre survie, de notre intégralité physique.

Alors, une fois de plus le CIQ de Menpentiva se mobiliser auprès des piétonspour la reconquête des trottoirs.




Jean-Claude LE GALL